Corée du Nord

Marathon de Pyongyang

Les opinions exprimées dans cet article sont les miennes et n’engagent en rien Koryo group, KITC ou mes guides.

Depuis 2014 le Marathon de Pyongyang est ouvert aux sportifs amateurs étrangers. Curieux de vivre une telle expérience dans la « nation la plus secrète de la planète », j’ai participé à la compétition en avril 2016 aux côtés de 1 800 autres coureurs nord-coréens et étrangers.

Très encadré par l’État, le tourisme en Corée du Nord est une machine bien huilée. À aucun moment le visiteur n’est autorisé à se promener librement dans le pays, il est accompagné par deux guides pour toute la durée de son séjour. Son passeport lui est retiré à l’arrivée et restitué à la sortie après une fouille approfondie de ses affaires personnelles et de ses photographies. Si les compromis à accepter pour visiter la Corée du Nord sont nombreux, la visite est aussi fascinante que terrifiante et étrange.

 

IMG_3780

Au terme de cinq jours de visite, je regagne la Chine par le poste frontière de Dandong. Cinq jours au cours desquels j’ai parfois eu l’étrange sensation de me trouver sur le plateau d’un film, où tout le scénario tournait autour de la célébration du socialisme et de ses dirigeants autoritaires, où tous les acteurs et les figurants jouaient un rôle patriotique, sans la moindre fausse note ni l’ombre d’une contestation.

Une visite en Corée du Nord est une visite qui ne laisse pas indifférent. Si pour certains elle peut sembler futile, voire cautionner la dictature, d’autres y voient la curiosité de vivre de l’intérieur un régime communiste au XXIe siècle. À mon sens, la présence de visiteurs étrangers en Corée du Nord qui apportent à une population opprimée la preuve tangible qu’un autre monde existe, ne peut nuire aux nord-coréens. Courir le marathon de Pyongyang est une expérience humaine émouvante où les valeurs du sport ne connaissent aucune frontière. Pour participer au marathon ou se rendre en Corée du Nord, prenez connaissance des services de Koryo Tours.